Revenir à l'accueil
Les rubriques du journal
L'article complet
Les outils de personnalisation d'affichage
Les liens utiles sur l'accessibilité

UNE :

 
       
Retour au sommaire de la page
 

UNE

 

Actu

 

Economie

 

Culture

 

Sports

 

Light

 

Lifestyle

 

Débats

 

Régions

 

Retour aux articles

 
 
LA LIBRE.BE > UNE >
 

Payer ses achats avec un bracelet

Carrefour innove en proposant la version bracelet de la carte Flex Prepaid Visa. Payer est décidément de plus en plus facile !Carrefour innove en proposant la version bracelet de la carte Flex Prepaid Visa. Payer est décidément de plus en plus facile !

Un bracelet faisant office de carte de paiement : c'est la nouveauté proposée depuis quelques semaines par Carrefour aux clients possédant la carte Flex, une carte de crédit Visa prépayée lancée en septembre 2015.

"Cette carte fonctionne très bien", remarque Baptiste van Outryve, porte-parole chez Carrefour. "Nous avons proposé en juin dernier à nos clients les plus actifs de se doter de ce bracelet Flex, qui permet donc de payer des achats sans devoir introduire de code secret."

Le déploiement à une plus large échelle est depuis lors en cours.

Le principe du paiement sans contact est simple : avec votre carte bancaire (KBC-CBC, ING, Beobank) ou encore votre smartphone (BNP Paribas Fortis, Belfius), vous pouvez régler un achat sans devoir introduire un numéro de code.

Le bracelet est désormais une autre possibilité alors qu'une banque néerlandaise teste actuellement le paiement avec une bague.

"Nous constatons une très forte utilisation de ce bracelet dans les maisons de retraite et dans les centres hospitaliers", poursuit Baptiste Van Outryve. "C'est très facile d'acheter une canette à un distributeur de boissons."

Pas besoin, en effet, de s'encombrer d'une carte bancaire ou de son smartphone pour se rendre à la machine à café ou à Coca.

Avec ce bracelet Flex, vous pouvez payer sans contact pour des achats d'un montant maximum de 20 euros. C'est même 75 euros si cet achat est effectué dans un Carrefour.

Ces montants diffèrent d'un support à l'autre : c'est 20 euros chez ING et jusqu'à 30 euros chez Beobank.

Si la facilité de ce type de paiement est intéressante, le sans contact peine encore à décoller, alors que de nombreux terminaux sont compatibles. Moins de 1 % des transactions effectuées sont sans contact.

Peu de banques le proposent. Et tous les clients ne la possèdent pas forcément.

Chez Beobank, par exemple, seules les nouvelles cartes sont sans contact. "Depuis le lancement en novembre 2015 des cartes avec fonction sans contact, 43 % de notre portefeuille de cartes de débit est équipé de l'option sans contact et 60 % du portefeuille cartes de crédit", explique Sandrine Roberti de Winghe, porte-parole.

Cette proportion évolue constamment, à chaque renouvellement de carte.

Reste aussi au client à tester ce service. Il semble l'apprécier. "Nous constatons chaque mois une hausse de son utilisation", note Ilse De Muyer, porte-parole chez KBC.

En janvier dernier, l'ensemble des clients KBC-CBC ont effectué 130.000 paiements sans contact. Six mois plus tard, ce chiffre avait plus que doublé, à 280.000 paiements.

 
 

 
Retour au début de la page
 
 
 
Modifier la taille des polices
 
Modifier le contraste
Retour au sommaire de la page
 

Liens utiles

Accessoires
Belgique
Chiens guides
Divers
Informations
Jeunesse
Social
Transports
Retour au sommaire de la page