Revenir à l'accueil
Les rubriques du journal
L'article complet
Les outils de personnalisation d'affichage
Les liens utiles sur l'accessibilité

UNE :

 
       
Retour au sommaire de la page
 

UNE

 

Actu

 

Economie

 

Culture

 

Sports

 

Light

 

Lifestyle

 

Débats

 

Régions

 

Retour aux articles

 
 
LA LIBRE.BE > UNE >
 

Décès de l'étudiant Otto Warmbier: Trump dénonce le "régime brutal" de la Corée ...

L'étudiant américain Otto Warmbier, rapatrié aux Etats-Unis dans le coma avec de graves lésions cérébrales après sa détention en Corée du Nord, est décédé lundi, a annoncé sa famille dans un communiqué.

"C'est notre triste devoir de vous annoncer que notre fils, Otto Warmbier, a terminé son voyage sur Terre. Entouré par sa famille qui l'aime, Otto est décédé aujourd'hui à 14H20" (20H20 heure belge) à Cincinnati (Ohio, nord), a écrit la famille. Le jeune homme de 22 ans présentait de graves lésions cérébrales, selon ses médecins.

Le jeune homme avait été arrêté en janvier 2016 alors qu'il s'apprêtait à quitter la Corée du Nord à l'issue d'un voyage organisé. Il avait ensuite été condamné par la Cour suprême nord-coréenne à 15 ans de travaux forcés, pour avoir volé une affiche de propagande dans l'hôtel où il logeait.

Rapatrié dans le coma aux Etats-Unis après plus d'un an de détention, il présentait de graves lésions neurologiques, aux origines inconnues.


Trump dénonce le "régime brutal" de Pyongyang

Le président américain Donald Trump a réagi lundi à l'annonce du décès de l'étudiant américain Otto Warmbier, récemment rapatrié de Corée du Nord avec de graves lésions cérébrales, en comparant Pyongyang à un régime "qui ne respecte pas l'autorité de la loi ou la décence humaine la plus basique". Dans une déclaration transmise par la Maison Blanche, il a indiqué présenter, avec son épouse Melania, ses "plus profondes condoléances" à la famille du jeune homme.

"Il n'y a rien de plus tragique, pour un parent, que de perdre un enfant dans la fleur de l'âge. Nos pensées et prières vont à la famille et aux amis d'Otto, ainsi qu'à tous ceux qui l'aimaient", ajoute le président. "Le sort d'Otto renforce la détermination de mon administration à éviter que de telles tragédies affectent des personnes innocentes, aux mains de régimes qui ne respectent pas l'autorité de la loi ou la décence humaine la plus basique. Les Etats-Unis, une nouvelle fois, condamnent la brutalité du régime nord-coréen, dont nous pleurons la dernière victime". L'ambassadrice américaine auprès des Nations Unies Nikki Haley a également rapidement réagi, peu après l'annonce de la famille de l'étudiant de Cincinnati, dans l'Ohio, qui était âgé de 22 ans. Dans des mots durs, la diplomate évoque "l'inhumanité du régime" placé sous l'autorité de Kim Jong-un, une inhumanité "connue du monde depuis des décennies". Ce "gouvernement hors-la-loi" a "torturé et assassiné des générations de ses propres citoyens", rappelle-t-elle. "D'innombrables hommes et femmes innocents sont morts aux mains des criminels nord-coréens, mais le cas singulier d'Otto Warmbier touche le coeur des Etats-Unis comme aucun autre", estime Nikki Haley. Le décès du jeune homme, arrêté en janvier 2016 puis condamné en mars par la justice nord-coréenne à 15 ans de travaux forcés pour avoir subtilisé une affiche de propagande dans un hôtel où il logeait, "servira de rappel indélébile de la nature barbare de la dictature nord-coréenne".


Otto Warmbier était "en paix" après avoir retrouvé son pays

Selon les parents d'Otto Warmbier, décédé lundi à l'âge de 22 ans à Cincinnati (Etats-Unis) après environ 1 an et demi de détention en Corée du Nord, leur fils avait changé après sa libération et son rapatriement mardi dernier (13 juin). Depuis son retour dans l'Ohio, où il a été immédiatement pris en charge dans un hôpital de Cincinnati, le "University of Cincinnati Medical Center", l'étudiant est resté incapable de parler, de voir ou de réagir aux commandes verbales, ont précisé ses parents. Mais s'il apparaissait "mal à l'aise, presque angoissé" au moment de son retour, le jeune homme dans un état comateux a ensuite changé, affirment-ils.

"Même si nous n'allions plus jamais entendre sa voix, en l'espace d'un jour l'expression de son visage a changé - il était en paix. Il était chez lui, et nous pensons qu'il pouvait le sentir", ont communiqué Fred et Cindy Warmbier. Les parents ont remercié lundi le personnel de l'hôpital, qui a, selon eux, fait tout ce qui était en son pouvoir pour sauver leur fils. L'étudiant, âgé de 22 ans, avait été rapatrié le 13 juin dans un état comateux, souffrant de graves lésions cérébrales dont l'origine reste jusqu'ici inconnue, selon ses médecins. Les autorités nord-coréennes affirment qu'il était dans cet état depuis environ un an, ne s'étant pas réveillé après l'administration d'un somnifère. Elles prétendent qu'il souffrait de botulisme, mais les médecins américains n'en ont pas trouvé trace dans son organisme. Depuis son retour, il est resté dans "un état éveillé mais non-répondant". "Malheureusement, les horribles maltraitances, de torture, que notre fils a subi de la part des Nord-Coréens n'avaient pas laissé d'autre issue possible que celle, triste, que nous vivons aujourd'hui", ont communiqué Fred et Cindy Warmbier lundi. Trois Américains sont toujours détenus en Corée du Nord, deux hommes qui enseignaient dans une université de Pyongyang financée par des groupes chrétiens étrangers et un pasteur Américano-Coréen accusé d'espionnage au profit de Séoul. Le département d'Etat américain a d'ailleurs réitéré lundi après l'annonce du décès d'Otto Warmbier, dans une déclaration du secrétaire d'Etat Rex Tillerson, une demande de libération de ces "trois autre Américains, maintenus illégalement en détention".

 
 

 
Retour au début de la page
 
 
 
Modifier la taille des polices
 
Modifier le contraste
Retour au sommaire de la page
 

Liens utiles

Accessoires
Belgique
Chiens guides
Divers
Informations
Jeunesse
Social
Transports
Retour au sommaire de la page