Revenir à l'accueil
Les rubriques du journal
L'article complet
Les outils de personnalisation d'affichage
Les liens utiles sur l'accessibilité

UNE :

 
       
Retour au sommaire de la page
 

UNE

 

Actu

 

Economie

 

Culture

 

Sports

 

Light

 

Lifestyle

 

Débats

 

Régions

 

Retour aux articles

 
 
LA LIBRE.BE > UNE >
 

"Gros connard", "débile profond", quand le directeur de la com' de Macron ...

L'anecdote est à lire dans M le Mag , le supplément du Monde de ce vendredi matin. Dans un article consacré à la communication du nouveau président de la République, deux journalistes, Zineb Dryef et Laurent Telo, reviennent sur certaines séquences médiatiques de la campagne d'Emmanuel Macron.

L'étoile montante de la politique française est alors "le chouchou des médias" mais dont il se méfie comme la peste. Les deux journalistes du Monde expliquent : "Macron a pris tout le recul nécessaire. Les médias, c'est le système. Et le système, il faut s'en affranchir".

La communication est verrouillée comme elle ne l'a jamais été chez aucun futur président auparavant. Hollande était même considéré comme le candidat de la transparence organisée qui ne pouvait pas se retenir de faire du "off". (Le off est une déclaration faite en dehors des micros et des caméras et qui ne peut pas être replacée dans un article comme une citation dudit politique ; il s'agit des fameux "une source proche du dossier" ou "un vent favorable"). Et le off , Macron n'en veut pas, au grand dam des journalistes. "Tiens, voilà les mormons" disent mêmes certains journalistes cités par le Monde qui racontent encore "c'est la pire campagne que j'ai jamais vécue".

La Rotonde, le Fouquet's de Macron ?

Illustration encore avec la séquence de la Rotonde, le soir du premier tour. Emmanuel Macron finit en tête des suffrages, ce dimanche 23 avril. Dans un duel avec Marine Le Pen, le candidat d' En Marche ! est le grand favori du second tour, certains l'estiment même déjà vainqueur. D'ailleurs, jusqu'à ce 23 avril, Macron fait un sans-faute au niveau de la communication. Jusqu'à ce 23 avril. Car ce soir-là, l'équipe du candidat décide de fêter la victoire dans une brasserie parisienne : la Rotonde.

Les équipes de télévision filment à travers les vitres l'équipe et les peoples invités, les chaines d'infos en continu ne sont pas en reste. L'événement crée une fracture au sein de l'équipe, rapportent les deux journalistes du Monde. "Ismaël Emelien reçoit des SMS affolés de proches de Macron : les chaînes d'infos tournent en boucle, on parle d'un nouveau Fouquet's, on avait dit de ne pas y aller." Les conseilleurs de Macron sont fous de rage et contactent les journalistes. "Vous voulez faire passer le FN, c'est ça ?" lancent-ils envers les journalistes. Paul Larrouturou, journaliste à Quotidien, l'émission de Yann Barthès, lance à Macron : "La Rotonde, c'est votre Fouquet's ?" . La question fâche et l'équipe Macron se vengera. Ainsi, l'accès au candidat est restreint pour Quotidien. L'équipe de Yann Barthès reçoit des menaces de boycott et des pressions directes. Sylvain Fort, l'un des conseillers en communication du candidat, lancera même à Yann Barthès : "Gros connard", "débile profond".

Des pratiques discutables dès la prise de fonction

Jeudi, seulement quatre jours après l'entrée en fonction du président Macron, des pratiques très discutables sont mises en place. Ainsi, l'Elysée a fait savoir qu'il choisirait lui-même les journalistes qui accompagneront le président lors de ses déplacements. La réaction n'a pas tardé. Une quinzaine de rédactions ont signé une lettre ouverte adressée au président de la République, afin de faire part de leur inquiétude, concernant l'organisation de la communication présidentielle, à l'occasion du déplacement d'Emmanuel Macron au Mali. Les médias signataires sont "Libération", l'AFP, BFMTV, Europe 1, "Le Figaro", France Info, France Inter, les JT de M6, Mediapart, "Le Parisien", "Le Point", RFI, RMC et TF1, en plus des directeurs des rédactions de RTL, de Reporters sans frontières et de "L'Express".

Extrait. "Aucun de vos prédécesseurs ne s'est prêté à ce genre de système, au nom du respect de la liberté de la presse. Alors que la défiance pèse de plus en plus sur l'information, choisir celui ou celle qui rendra compte de vos déplacements ajoute à la confusion entre communication et journalisme, et nuit à la démocratie."

 
 

 
Retour au début de la page
 
 
 
Modifier la taille des polices
 
Modifier le contraste
Retour au sommaire de la page
 

Liens utiles

Accessoires
Belgique
Chiens guides
Divers
Informations
Jeunesse
Social
Transports
Retour au sommaire de la page