Revenir à l'accueil
Les rubriques du journal
L'article complet
Les outils de personnalisation d'affichage
Les liens utiles sur l'accessibilité

UNE :

 
       
Retour au sommaire de la page
 

UNE

 

Actu

 

Economie

 

Culture

 

Sports

 

Light

 

Lifestyle

 

Débats

 

Régions

 

Retour aux articles

 
 
LA LIBRE.BE > UNE >
 

Et vous, comment ils sont vos grands-parents ?

A la rencontre de papys et mamys Baptiste Erpicum Qui sont les grands-parents du XXIe siècle ? Ils sont souvent nés après la guerre, et rarement de la dernière pluie. Ils ont délaissé la robe en laine qui gratte et le veston en tweed élimé. Au top de la forme, ils sont prêts à guider les premiers pas de leurs petits enfants. Dans ce dossier, nous dressons le portrait de quelques-uns de ces papys et mamys d'aujourd'hui. Avec quelques conseils à la clé pour le plus beau rôle de leur vie.Qui sont les grands-parents du XXIe siècle ? Ils sont souvent nés après la guerre, et rarement de la dernière pluie. Ils ont délaissé la robe en laine qui gratte et le veston en tweed élimé. Au top de la forme, ils sont prêts à guider les premiers pas de leurs petits enfants. Dans son dossier du week-end, le supplément "Quid" dresse le portrait de quelques-uns de ces papys et mamys d'aujourd'hui. Avec quelques conseils à la clé pour le plus beau rôle de leur vie.

Grand-mère dynamique, Brigitte s'implique dans la vie de ses petits-enfants. Mais elle veille aussi à ne pas trop se mêler du rôle éducatif des parents pour éviter les conflits intergénérationnels.

Pendant les vacances de Pâques, Brigitte passe quelques jours à Genève, chez sa fille et son beau-fils. C'est l'occasion de s'occuper de ses deux petits-enfants expatriés, Felipe et Olivia, et surtout de les gâter.

Nous contactons Brigitte via Skype. Elle apparaît dans une fenêtre sur l'écran de l'ordinateur habillée d'un chemisier rose et d'un grand sourire. "J'étais professeur de dessin dans une école de Bruxelles, j'ai pris ma retraite récemment, raconte-t-elle. Maintenant, je découvre une nouvelle vie."

Une nouvelle vie que Brigitte imagine avec une certaine liberté. "Je reste disponible pour les enfants et les petits-enfants. Mais je ne veux pas leur consacrer systématiquement un jour ou l'autre. S'ils ont justement besoin d'un coup de main, alors que j'avais déjà prévu l'une ou l'autre activité, on essaie de s'arranger pour trouver la meilleure solution."

Brigitte reconnaît qu'aujourd'hui, les grands-parents sont sans doute plus occupés qu'auparavant. Mais, selon elle, leur rôle n'a pas changé fondamentalement. "Comme bien souvent les deux parents travaillent beaucoup, nous sommes là pour accueillir les petits-enfants, leur consacrer du temps et leur faire découvrir d'autres choses. Nous les emmenons en balade, nous leur lisons des histoires..."

Etablir la bonne distance

Brigitte s'implique beaucoup dans la vie de ses petits-enfants. Mais attention, elle tient à rester "discrète" pour ne pas interférer avec le rôle éducatif des parents. Un de ces derniers jours, par exemple, Brigitte assistait à une dispute entre Felipe et son père, qui lui interdisait de dormir avec une lampe allumée dans sa chambre. Brigitte a alors préféré rester en recul, avant de donner son avis à sa fille, "en tête-à-tête". "Mais ce n'est pas à moi à avoir le dernier mot", insiste-t-elle.

Comme l'explique Frédérique Corre Montagu, auteure du "Guide pratique des Grands-Parents", "il est effectivement nécessaire d'établir la confiance en restant, comme le disent les spécialistes, à 'la bonne distance', c'est-à-dire dans une posture d'observateur bienveillant mais discret. Les grands-parents doivent renoncer à leur ancienne toute puissance de parents en désamorçant d'eux-mêmes les conflits ou en refusant d'aller trop loin dans les discussions, quitte à 's'écraser' en faisant croire aux parents qu'ils ont raison."

L'art de la diplomatie

Brigitte explique aussi que parfois, elle laisse ses petits-enfants faire certaines choses que leurs parents ne tolèrent pas à la maison. "Je laisse par exemple Martin, mon petit-fils de quatre ans, manger ses frites du bout des doigts. Pas avec toute la main, du bout des doigts ! Mais je lui dis que c'est exceptionnel, et qu'une fois qu'il rentre chez lui, à la maison, il doit à nouveau se servir de ses couverts. Quand je le ramène chez ses parents, je le lui rappelle encore, et nous arrivons à nous entendre. Enfin, j'en parle aussi à ses parents. La clé, c'est le dialogue."

Et Frédérique Corre Montagu d'approuver : les secrets peuvent menacer la paix des ménages ! On l'aura compris, quand on est grands-parents, il faut maîtriser à la perfection l'art de la diplomatie.


La suite de ce dossier est à lire dans le supplément "Quid" de ce week-end !

 
 

 
Retour au début de la page
 
 
 
Modifier la taille des polices
 
Modifier le contraste
Retour au sommaire de la page
 

Liens utiles

Accessoires
Belgique
Chiens guides
Divers
Informations
Jeunesse
Social
Transports
Retour au sommaire de la page