Revenir à l'accueil
Les rubriques du journal
L'article complet
Les outils de personnalisation d'affichage
Les liens utiles sur l'accessibilité

UNE :

 
       
Retour au sommaire de la page
 

UNE

 

Actu

 

Economie

 

Culture

 

Sports

 

Light

 

Lifestyle

 

Débats

 

Régions

 

Retour aux articles

 
 
LA LIBRE.BE > UNE >
 

Terre contre béton: le combat des agriculteurs

Ils ont déjà dépensé beaucoup d'argent en frais d'avocat, plaidé leur cause auprès de responsables politiques, proposé des alternatives au projet qui va leur gâcher la vie. Près de 300 personnes issues du monde associatif et syndical se sont mobilisées le lundi de Pâques pour les soutenir. Pourtant, le combat mené par huit agriculteurs de Perwez semble voué à l'échec, même s'ils veulent encore croire à un mince espoir d'obtenir gain de cause.

Ces huit exploitants agricoles sont menacés d'expropriation partielle à cause d'un projet à 6 millions d'euros, présenté en 2007 par André Antoine (CDH), alors ministre wallon de l'Aménagement du territoire et aujourd'hui bourgmestre empêché de Perwez. Il prévoit un contournement routier et l'extension de 54 hectares d'un zoning (probablement mais à terme 165 hectares). En 2011, le gouvernement wallon accordait le permis d'urbanisme.

Deux frères, Bernard et Philippe Raucent, font partie des expropriables. Ils ont repris chacun une quarantaine d'hectares de la ferme de leur père, de ces bonnes terres limoneuses de la région dans lesquelles ils font pousser des betteraves sucrières, du froment, des pommes de terre, de l'escourgeon et des légumes. Dans les années 70, la ferme avait déjà été amputée de cinq hectares pour que l'on puisse construire l'autoroute E411. Aujourd'hui, ils risquent de perdre 2,3 hectares, voire plus dans un second temps, craignent-ils, pour ces travaux qu'ils jugent absurdes. "Le contournement vise à fluidifier le trafic dans trois ronds-points mais les blocages sont minimes et il y a de meilleures solutions. Nous avons proposé en 2011 la réalisation de trois bipasses sur ces ronds-points de la N29 mais la commune a dit non" , expliquent-ils. "C'est une aberration de créer un immense zoning dans une région rurale très peu peuplée car les occupants vont devoir prendre leur voiture pour aller travailler" , ajoute Bernard Raucent.

(...)

Cet article fait partie de l'offre réservée aux abonnés.

Nous n'offrons malheureusement pas la possibilité de visualiser les articles réservés aux abonnés dans cette application. Veuillez nous en excuser.

 
 

 
Retour au début de la page
 
 
 
Modifier la taille des polices
 
Modifier le contraste
Retour au sommaire de la page
 

Liens utiles

Accessoires
Belgique
Chiens guides
Divers
Informations
Jeunesse
Social
Transports
Retour au sommaire de la page