Revenir à l'accueil
Les rubriques du journal
L'article complet
Les outils de personnalisation d'affichage
Les liens utiles sur l'accessibilité

UNE :

 
       
Retour au sommaire de la page
 

UNE

 

Actu

 

Economie

 

Culture

 

Sports

 

Light

 

Lifestyle

 

Débats

 

Régions

 

Retour aux articles

 
 
LA LIBRE.BE > UNE >
 

Présidentielle française: Revivez en direct notre couverture du débat entre les 5 favoris ...

Lundi soir, les yeux de la France - ou du moins d'une grande partie de ses habitants - seront braqués sur TF1.

Lundi soir, les yeux de la France - ou du moins d'une grande partie de ses habitants - seront braqués sur TF1.

Retrouvez notre direct.

0h12 : Pour Emmanuel Macron, la solution est de construire "une feuille de route" pour la paix au moyen de mesures "structurées" de pair avec le renseignement intérieur.

0h09 : Pour François Fillon, la guerre contre le terrorisme est "de longue durée et durera encore une décennie". Il propose de "mettre les Saoudiens devant leur responsabilité" et de protéger la France au moyen de "plusieurs instruments".

0h07 : Marine Le Pen prône un "contrôle renforcé des frontières", veut "expusler les fichés S" et interdire "le financement étranger des lieux de culte".

0h04 : Pour Benoit Hamon, il faut en finir avec la "lune de miel" entre la France, le Qatar et l'Arabie saoudite. Il propose aussi de renforcer le renseignement territorial. La déchéance de nationalité "n'est pas une solution".

0h02 : La solution de Jean-Luc Mélenchon : démanteler le financement du pétrole et châtier "ceux qui collaborent avec l'ennemi".

0h01: Comment éviter de nouveaux attentats ?

23h58 : Alerte clash : Marine Le Pen reproche à Emmanuel Macron de "parler 8 minutes pour ne rien dire".

23h57 : Contre l'imprévisibilité de Trump, Emmanuel Macron veut "plus d'Europe", mais aussi... "une indépendance dans l'Europe" pour la France. 

23h56 : La question Trump.

23h55 : "Les Allemands doivent accepter de participer aux opérations militaires contre l'EI", l'Allemagne qui "se repose sur ses excédents budgétaires", pense François Fillon.


23h49 : Jean-Luc Mélenchon veut négocier les frontières "que personne n'a négociées" à la chute de l'empire soviétique, notamment la frontière entre la Russie et l'Ukraine. Benoit Hamon trouve ses arguments trop faibles.

23h48 : Alerte clash - François Fillon reproche à Marine Le Pen son autonomie militaire et sa sortie de l'Otan, qu'il estime "insensées".

23h45 : "Je ne veux pas forcer nos soldats à faire des guerres que nous n'aurions pas décidées", dit Marine Le Pen, qui met l'accent sur le désespoir des militaires français.


23h44 : "Nous ne pouvons pas ignorer le jeu de la Russie" dans le monde, dit Benoit Hamon, qui pense que la France est le seul pays au monde à "posséder un arsenal de pression" complet.


23h43 : Dernier grand thème: la place de la France dans le monde. Focus, d'abord, sur la guerre contre Daech.

23h42 : Benoit Hamon réclame le "droit à l'euthanasie".

23h38 : Marine Le Pen reproche le "déremboursement" des médicaments "depuis 10 ans". Elle reproche à la Loi El Khomri de "démanteler la médecine du travail". Elle ajoute que "l'autisme n'est pas pris en compte dans notre pays".


23h37 : Emmanuel Macron veut un système de santé qui "prévient mieux".


23h35 : François Fillon regrette ses décisions sous Sarkozy en matière de maisons de santé et prône "plus de liberté" pour les hôpitaux et ainsi éviter les déserts médicaux.


23h33 : Jean-Luc Mélenchon souhaite un remboursement total des soins de santé en "supprimant purement et simplement le RSI". "L'espérance de vie recule car on travaille plus longtemps."

23h32 : Benoit Hamon veut réformer le financement de l'hôpital pour l'éloigner d'une logique de rente et recruter du personnel.


23h30 : Nouveau thème : la santé.

23h29 : Emmanuel Macron propose un système plus clair, "où un euro cotisé donne lieu aux même droits". Pour lui, modifier l'âge de départ ne sert à rien.

23h25 : Pour François Fillon, le problème est que tout le monde considère son métier comme pénible. Il propose de relever l'âge à 65 ans. La "retraite par points" est une illusion, dit-il.

23h21 : Pour Jean-Luc Mélenchon, il ne faut pas augmenter l'âge de la retraite mais assurer l'égalité salariale.



23h20 : Benoit Hamon insiste sur "la prise en compte de la pénibilité", mais aussi propose de "transférer des trimestres au conjoint" dans le couple.



23h18 : Nouveau thème: les retraites. Faut-il changer augmenter l'âge?

23h17 : Emmanuel Macron soutient François Fillon en prédisant les effets néfastes du Brexit. "Tous les Français savent ce que je pense de l'euro, (...) qui empêche le patriotisme intelligent".


23h16 : Alerte clash - François Fillon tâcle Marine Le Pen, dont le programme entrainerait "l'inflation galopante" notamment en sortant de l'euro.



23h15 : Marine Le Pen dénonce le coût trop élevé des mutuelles (8 milliards d'euros, selon elle) en leur "interdisant la publicité".


23h13 : Pour Marine Le Pen, le RSI (Régime social des indépendants) est le "serial killer" des indépendants.

23h11 : Jean-Luc Mélenchon remet en cause la structure d'imposition, qui "est en 5 tranches" et attaque forcément la classe moyenne. Il propose un système à 14 tranches.

23h08 : Le revenu universel, "ce sera plus d'impôts, il faut être réaliste", pense Emmanuel Macron.


23h07 : François Fillon rappelle "les contraintes" qui décribiliseraient Benoit Hamon. "Ma priorité est de relancer l'investissement" en luttant contre les "fonds de pension américains et des émirs du golfe". "Ce sont les étrangers qui prennent le contrôle de notre économie."

23h06 : Benoit Hamon croit au revenu universel complément du salaire, ou "revenu" pour les chômeurs.


23h05 : Comment les candidats vont-ils relancer le pouvoir d'achat?

23h03 : Marine Le Pen veut revenir à "un état-stratège" où les "entreprises françaises" sont avantagées. Elle cite "l'affaire Whirlpool".


23h : Pour Benoit Hamon, l'augmentation du temps de travail prônée par François Fillon est un "retour en arrière".

22h59 : "Si les 35 heures ne sont pas un problème, il n'y aura pas de négociation", prévient François Fillon au couple Macron/Mélenchon.



22h55 : Jean-Luc Mélenchon propose de "renchérir" les heures supplémentaires et attaque leur taxation telle que prévue par la Loi El Khomri.

22h53 : Jean-Luc Mélenchon prône une "économie de la demande" avec un grand plan pour l'emploi à hauteur de 100 milliards.

22h51 : Pour Benoit Hamon, la révolution technologique est une "bonne nouvelle" pour le travail si elle est correctement encadrée avec, par exemple, l'aide du revenu universel.


22h50 : Emmanuel Macron est ferme : "On créera de l'emploi en donnant plus de liberté aux entreprises" et en "baissant leur fiscalité".


22h45 : Début de la deuxième partie, avec le thème du temps de travail et du chômage.



22h40 : Fin de la première partie.

22h36 : Jean-Luc Mélenchon prône le retour à l'agriculture 100% paysanne qui serait "source d'emploi". "Toute une série de centrales nucléaires sont arrivées au bout de leurs 40 ans".

22h33 : Pour Emmanuel Macron, il faut viser le 50(fossile)/50(renouvelable) pour 2025.



22h32 : Pour François Fillon, "il faut que les réacteurs construits avec l'argent des Français continuent de produire de l'énergie tant que cela ne pose pas de problème de sécurité".

22h31 : Pour Benoit Hamon, sortir du nucléaire est l'assurance de préserver "la souveraineté énergétique".

22h30 : Dernière thématique abordée pour cette première partie: l'écologie.

22h30 : Emmanuel Macron reproche à Marine Le Pen de "diffamer" et rappelle "l'indépendance de la Justice".

22h29 : Marine Le Pen dénonce un "gigantesque problème d'intérêts privés" qui "s'invitent dans le débat présidentiel".

22h27 : Jean-Luc Mélenchon reproche à François Fillon et Marine Le Pen leurs implications dans des affaires judiciaires.

22h25 : Pour lutter contre les lobbys, Emmanuel Macron veut que "la rémunération des parlementaires soit transparente".


22h24 : "Cette campagne a été polluée par l'argent", dit Benoit Hamon, qui dénonce "le poids des lobbys".


22h20 : "La 5ème république a des avantages", dont la stabilité, rappelle François Fillon. Mais elle doit être "modernisée", notamment en diminuant le nombre de parlementaires.


22h18 : Alerte clash entre Benoit Hamon et Emmanuel Macron sur le financement de la campagne de Macron.


22h15 : Emmanuel Macron : "Ma campagne est financée par le don de personnes physiques qui donnent entre 1 et 7.500 euros". Plus de 32.000 personnes auraient financé sa campagne privée.

 

22h14 : Benoit Hamon reproche à notre démocratie d'être "intermittente". "La réalité, aujourd'hui, est que les lobbys pèsent sur la décision politique".

 

22h13 : Marine Le Pen propose un référendum pour "réviser la Constitution" et veut une "démocratie du contrôle".

22h10 : Jean-Luc Mélenchon propose une "assemblée constituante" avec une proportion de "gens tirés au sort". Il propose aussi un "vote obligatoire et dès 16 ans".

 

 

22h09 : Lancement du thème de la représentation .

22h08 : "Il faut que les musulmans eux-mêmes se révolent contre la montée de l'intégrisme", demande François Fillon, qui souhaite contrôler les imams et interdire les "financements étrangers de culte".

22h06 : Jean-Luc Mélenchon reproche à Marine Le Pen de créer "deux catégories de Français".

22h05 : Pour Emmanuel Macron, le burkini est un "problème d'ordre public" et non pas "de théorie" : "Soyons pragmatiques et responsables".

 

22h04 : Alerte clash - Les autres candidats reprochent à Marine Le Pen d'utiliser la "laïcité comme elle l'arrange".



22h03 : Marine Le Pen parle de "revendications vestimentaires et alimentaires" en revenant sur la décision de l'Europe de permettre aux entreprises d'interdire le port de signes religieux au travail. Elle désire "lutter contre le communautarisme".

22h : "La laïcité, c'est simple, c'est la séparation des Eglises et de l'Etat", rappelle Jean-Luc Mélenchon : "60% des Français ne pratiquent pas de religions".

21h59 : Emmanuel Macron est pour une "laïcité stricte" qui "protège" de ne pas croire. "La laïcité est un bouclier et en aucun cas une arme qui pointe du doigt."

 

21h58 : Début du sujet "laïcité" .

21h55 : "Je veux arrêter l'immigration légale et illégale, c'est clair", dit Marine Le Pen, qui avance le nombre de 200.000 migrants légaux qui pénètrent la France chaque année.

21h54 : "L'immigration est un exil forcé", dit Jean-Luc Mélenchon. "Si nous étions dans leur situation, nous partirions aussi." "Il faut arrêter les traités commerciaux qui dévastent les autres pays."

 

21h53 : Benoit Hamon veut "un visa humanitaire" pour éviter "les drames en méditerranée".

 

21h52 : Pour Benoit Hamon, la question de l'immigration est "instrumentalisée" depuis des années pour en faire un "commerce électoral".

21h49 : Un réfugié qui fuit la guerre "doit être accueilli", "nous en avons accueillis moins que le plupart des autres pays", dit Emmanuel Macron.

21h48 : Emmanuel Macron veut "raccourcir" la procédure de l'asile pour que les migrants sortent plus rapidement de situations temporaires.


21h47 : Sans transition, le débat passe à l'immigration .

21h46 : Pour Benoit Hamon, la mesure de Marine Le Pen n'est "pas sérieuse". "Quand on met des jeunes en détention, la prison les rend parfois plus dangereux".

 

21h45 : Marine Le Pen veut supprimer les aides sociales pour les parents de mineurs récidivistes.

21h43 : "Il y a des jeunes de 16, 17 ans, dont on ne règlera pas la situation en les mettant en prison", rétorque Emmanuel Macron.

 

21h43 : François Fillon désire abaisser la majorité pénale à 16 ans.

 

 

21h40 : Emmanuel Macron propre sa version, plus stricte qu'avant, de la police de proximité, allant jusqu'à "sanctionner les incivilités par des amendes", particulièrement dans "les quartiers difficiles". Il veut encore que les peines de 2 ans soient moins facilement commuées.

21h38 : Jean-Luc Mélenchon : "Quelle image donnent les puissants" s'ils ne sont pas punis comme les autres, soulève-t-il ? "Maintenant, certains habitants ont peur de la police après des affaires comme l'affaire Adama Traoré."

 

21h35 : Benoit Hamon mise tout sur le retour de "la police de proximité" en créant 5.000 nouveaux postes pour travailler sur le rapport entre la population et une police "parfois discriminatoire".

 

21h34 : François Fillon propose des "polices municipales armées" dans toutes les villes de plus de 10.000 habitants.

21h33 : Pour François Fillon, les propositions de Marine Le Pen "nous mèneront à la faillite".

21h30 : Marine Le Pen désire "plus de policiers" avec "plus de matériel". Elle propose aussi 40.000 places de prison supplémentaires et veut "rétablir la sévérité des peines".

 

 

21h30 : "Quel modèle de société pour la France ?"

21h27 : L'école publique française offre les classes les plus "surchargées" d'Europe, selon Hamon, qui propose maximum 25 élèves par classe en CP, en CE2 et en CE2. Il désire 25.000 enseignants supplémentaires dans ces années.

 

21h25 : "J'ai vu le mépris de la ministre de l'Education nationale pour les filières professionnelles", prétend Marine Le Pen. "Trop de professeurs se font brutaliser parce que l'insécurité est entrée dans l'école."

 

21h24 : Mélenchon reproche la fermeture de lycées, ces dernières années. "L'école doit être gratuite, (...), même la cantine doit être gratuite."

21h20 : Dans ses "zones d'éducation prioritaire", Emmanuel Macron veut des classes primaires qui n'excèdent pas 12 élèves.

 

21h19 : Fillon demande une filière de qualification régionalisée pour les jeunes élèves.

 

21h18 : L' éducation nationale est le premier thème abordé.

21h15 : "Voulez-vous être un peuple béliqueux, ou fraternel?" demande Benoit Hamon, qui reproche un modèle économique "épuisé".

21h14 : "Je ne veux pas être la VRP d'une multinationale", dit Marine Le Pen. "L'indépendance nationale n'est pas un mot vide de sens."

21h12 : "Certains m'ont reproché d'avoir été banquier. J'en suis conscient (...) mais j'en suis fier", dit Emmanuel Macron.

 

21h10 : "Avec moi, ce sera la fin de la monarchie présidentielle", dit Jean-Luc Mélenchon, qui prône la sortie du nucléaire.


21h07 : François Fillon met en cause l'organisation du débat entre les 5 favoris, alors que 11 candidats sont en course. "Je n'aurais pas pu participer aux débats de la primaire de droite" si la règle avait été établie lors des primaires, dit-il.



21h06 : Lancement "dans les starting blocks" pour les 5 candidats.


21h04 : Le débat commence enfin.

20h55 : La guerre fait déjà rage sur Twitter.

20h50 : Sur le plateau, le public est au complet. 420 personnes assisteront au débat qui durera environ 3 heures.

La chaîne diffusera le premier débat télévisé de cette campagne, avec une spécificité : seuls les cinq "principaux" candidats, tels que mesurés par les sondages, seront présents : Marine Le Pen, Emmanuel Macron, François Fillon, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon.

Cette décision de TF1 - première dans l'Histoire de la Ve République - n'a pas manqué de faire réagir les six "petits" candidats. Dimanche soir, Nicolas Dupont-Aignan, candidat du parti souverainiste "Debout la France", a ainsi quitté le plateau du Journal Télévisé de TF1, dont il était l'invité, pour protester contre cette "confiscation du pouvoir".


Malgré ce coup d'éclat, le débat aura bien lieu : il débutera à 21h et devrait durer environ trois heures. Les prétendants, disposés en cercle, se feront face. Après une courte introduction de chacun, le programme sera découpé en trois séquences thématiques, d'environ 50 minutes chacune : "Quel modèle de société pour la France ?", "Quel modèle économique pour la France ?", et enfin "Quelle place pour la France dans le monde ?"

Même si les candidats ont tenté de relativiser l'enjeu, chacun a bien conscience qu'il pourrait s'agir d'un tournant dans cette campagne. Pour Mélenchon et Hamon, loin du trio de tête dans les sondages, il faudra crever l'écran pour espérer avoir une chance de remonter la pente. François Fillon, lui, espère faire oublier les affaires en développant un programme qu'il juge plus charpenté que celui de ses adversaires. Selon "L'Express", le candidat se serait entraîné avec des proches comme "sparring-partners "; les députés Valérie Boyer, Serge Grouard et Luc Chatel auraient joué respectivement les rôles de Le Pen, Mélenchon et Macron.

Au centre des attaques

Le leader d' "En marche", lui, devra faire ses preuves dans ce type d'exercice, dont il est peu familier. Une tâche d'autant plus difficile qu'il pourrait bien se retrouver au centre des attaques de ses adversaires. Enfin, Marine Le Pen devrait justement concentrer ses tirs contre Macron, manière d'installer déjà un second tour qu'elle espère entre "patriotes" et "mondialistes".


 
 

 
Retour au début de la page
 
 
 
Modifier la taille des polices
 
Modifier le contraste
Retour au sommaire de la page
 

Liens utiles

Accessoires
Belgique
Chiens guides
Divers
Informations
Jeunesse
Social
Transports
Retour au sommaire de la page